lundi 29 novembre 2010

CARAÏBES


...à G.S.

Quand elle vole vers le Sud
la mer s'enroule autour
du soleil
et tu restes là
debout dans la ruelle
tes mains réchauffent tes poches
t'as oublié tes gants.

Denis Samson (c) 2010


mercredi 24 novembre 2010

TERROIR






Marcher son territoire mental
trouver sa musique secrète

se la jouer toute croche
comme une over-dose.


Jean Coulombe © 2010

lundi 22 novembre 2010

AVEC LES ONGLES DU COEUR


Avortés du désir
les miroirs les yeux qui crèvent
en premier
rêvent de coeurs solaires.

Abstrait l'homme pulvérisé
est livré aux coloris
des amours industriels.

Une morsure de satin
à ses veines de velours
elle pleure mais personne
s'en rend compte
parce qu'elle sourit

elle crache de la fumée
comme une usine
où on fabrique des blessures
bois toute
pour plus avoir rien
à oublier
et toujours se répandre
selon la rumeur.

Poésie: Denis Samson
Musique: François Carrier
Réalisation: Jean Coulombe
Tous droits réservés (c) 2010

jeudi 18 novembre 2010

LE GRAND JAMAIS



Le plus grand
magicien du monde

et maintenant
le Grand Jamais

celui qui fait tout
disparaître
sans les mains

j'aimais beaucoup
tes mains

Alain Larose (c) 2009

vendredi 12 novembre 2010

BRUISSEMENT



Assis sur un banc
un poète dans ses mots

ses mots font semblant
de ne pas le connaître

Jean Coulombe (c) 2010

mercredi 10 novembre 2010

SA TÊTE


Une passion sourde
les astres alignés
comme un peloton d'exécution
et les restes aux chiens

les lèvres gercées
autour d'un langue morte
il jouait sur la rue
il jouait encore
sur la rue
dans sa tête

Tous droits réservés (c) 2010

mercredi 3 novembre 2010

ARRIÈRE-PAYS
























Repartir à héros
histoire de faire l'histoire

mais le froid perce
les doutes
les certitudes

le froid enrobe
la flamme
qui nous a brûlés.


Jean Coulombe © 2010


lundi 1 novembre 2010

DORTOIRS D'INSOMNIE


Les saints prennent des otages
fomentent des carnages
dans les shoppes de viande purifiée

des hommes vitriolent
les visages des petites filles
défigurées des miroirs de beauté

dans le dortoir d'insomnie
les mutilés de l'enfance
n'ont plus de larmes pour rêver
leur totem d'amour
sculpté dans les murs de l'asile en feu
les fous cherchent encore leurs alumettes

les poètes ont appelé la police

Poésie: Denis Samson
Musique: François Carrier
Réalisation: Jean Coulombe
Tous droits réservés (c)