mardi 31 mai 2011

MONSIEUR HERZIG





Quand j'avais 10 ans
il y avait un pâtissier
chez qui ma mère m'envoyait
chercher ses commandes
les jours de fête

il était Suisse
à ce qu'on disait
et ne prenait un verre
que les samedis et dimanches
en cachette de sa femme

il achetait une bouteille
au bar d'à côté
et l'y ramenait de sa pâtisserie
une fois vide
ni vu ni connu

je me suis
souvent demandé
combien de vides entraient
dans sa recette secrète

comme maintenant

alors que tu regardes
mes mains
comme des ballons crevés

et que je dois
faire un gâteau
de tout ça


Alain Larose (c) 2011

vendredi 27 mai 2011

MON AMÉRIQUE




Objects in the mirror
are closer than they appear


En Amérique
tout au long
des lignes de force

le carburant carbure
le carbone carbonise

les sables bituminent
les cow-boys chevauchent
leurs dollars mécaniques

et les routes orphelines
nous chantent l'amour
sur le cruise-control


Jean Coulombe (c) 2011


mercredi 25 mai 2011

PHOTO D'ARBRE DE NOËL #391





Je ne sais pas
mais je pense à toi
Richard
et à ta tête d'ange
éclatée
devant une fenêtre
donnant sur le Pacifique
septembre 1984

d'où je t'écris
les affaires continuent
en Amérique

et c'est toujours le 26 décembre
pour la poésie




REGARD





Deux oiseaux chantent
invisible la guitare est un songe

coupée la main des ombres
est jetée en pâture
aux serpents des fontaines

arrivé aux vitraux de noirceur
parmi les squelettes des horloges
le regard se perd.



lundi 23 mai 2011

ÉCHOS




Poésie hip-hop
poésie slammée
poésie gueule de bois

au-dessus des cris

il faut rédiger âprement
la poétique des trottoirs

entre les abysses




mardi 17 mai 2011

ELVIS LE 13 FÉVRIER 1956




J'étais d'un monde nouveau
8 H 45 le matin
à l'Hôtel-Dieu de Québec
avec toute la chaleur possible
de mon petit corps
en plein coeur de l'hiver,
je suis né le jour où
Elvis enregistra
une des chansons qui le rendirent
célèbre à tout jamais
je sais plus laquelle.


Denis Samson (c) 2011


dimanche 15 mai 2011

TOUNDRA




Ce que la mécanique japonaise me refuse
ton paysage infini me le donne
comme une saison sous la langue
une fleur arrachée à la glace

là, dans ta toundra multicolore
mes couleurs s'abandonnent






vendredi 13 mai 2011

AROMATES





Pierre du ciel
que révèlent les labours

robe rouge baiser vermeil
sur les vignes la rosée

les pieds dans l'ombre
savourer l'arôme et goûter les épices
de la terre.





mardi 10 mai 2011

APOPLEXIE






Les heures heureuses
me rentrent dedans
comme une apoplexie

une marée imprévue
aux sables volatiles
gravant mémoire



Jean Coulombe (c) 2011


mardi 3 mai 2011

MARÉE




Chapelet de braise
au point d'eau
toute bue la nuit
la fumée est sur la mer
loin des feux