jeudi 31 mai 2012

CLAMEURS





















Au-delà des clameurs
sous le pouvoir des mots
surgira la force immuable

et la beauté de rompre
la terreur de l'injustice
nous emportera tous

Tout bougera enfin ici
pour un très long temps


Jean Coulombe (c) 2012

lundi 28 mai 2012

FOUDRE



























Fusée pantomime tu te frottes
aux rondeurs planétaires de feu
et le cuir de ses hanches
te recouvre entièrement

sur ta peau l'usure de la foudre.


Denis Samson (c) 2012


jeudi 24 mai 2012

ATTEINDRE L'AUBE





















Le bruit des bottes
parade en rangs serrés
les cris fendent la ville

le pouvoir numéroté
joue des menottes
et les rues se cassent

la rage au ventre
sa logique casquée
écrase les têtes

mais la nuit germe
et l'aube éclatera

Jean Coulombe (c) 2012


jeudi 17 mai 2012

ÉVADÉE




















Le blé rompu la voiture
renversée
à chaque tournant un accident
de nuages

la foudre est dans l'arbre

comme évadée des splendeurs
une couronne d'hirondelles
dans les cheveux
laissant baigner sa peau d'égratignures
dans le ciboire végétal
plongeant au coeur de la terre
on dirait qu'elle dort.

Denis Samson (c) 2012


mercredi 16 mai 2012

PRIÈRES BARBARES






















De grands filaments d’arbres morts me caressent le visage tout au long du voyage intime et je revois ma cour d’école catholique et barbare.

J’ai l’inertie catatonique des communiants et la virginité poussive des innocents. Tout autour, s’agite la foi aveugle et la chasse aux insectes. Plus loin, les handicapés attendent leur supplice et les curés sermonnent. Tout goupillonne à vau-l’eau comme le troupeau avance vers les prairies du purgatoire. Le ciel paranoïaque est plein de bombardiers russes et les mononcles boivent du gros gin. 

La route des vacances est longue et cahoteuse vers la Gaspésie des falaises; celles dont il ne faut pas s'approcher, sous peine de fessée.

Mais... comme c’est fort, l’odeur de la mer!


Jean Coulombe (c) 2012

vendredi 11 mai 2012

RÉCEPTEUR DE NUIT





















Dans la cave de cet hôtel
un clone dément de Rimbaud
élève mille Verlaines
sculptant du savon
dans des revolvers
pour la boutique de cadeaux

je le sais
parce que j'en suis
le gardien

je laisse ouvertes tous les soirs
les cages à minuit
en leur donnant 15 minutes
pour répandre la colère
puis les regrets

je ne compte pas mes heures
mais c'est un emploi stable


Alain Larose (c) 2012


samedi 5 mai 2012

CHAMBRE DES MARÉES




















Enrobée par l'écho
de feux jetés en spirales
sur sa chevelure d'eau douce
la voilà qui danse
bouscule des rivières

la chambre des marées à l'abandon
sur sa peau le goût du sel
et des navires.


Denis Samson (c) 2012 


jeudi 3 mai 2012

CABANONS




















Une ville étrangère a poussé
dans mes souvenirs d'enfance

entre la barbarie des prières
et le troupeau du social

de beaux bungalows bien propres
avec du gazon plus vert que vert

pas un cri plus haut que l'autre
et des SUV à chaque entrée

comme un chien sans médaille
à l'aube, je gagnerai la forêt


Jean Coulombe (c) 2012