jeudi 26 décembre 2013

LES VENTS CONTRAIRES

















La journée est rude
les glaces éclatent

nous sentons bien
l'ingénierie de vivre
près des cimes

un paysage s'avance
souple comme la neige
libérée aux vents contraires.



Jean Coulombe © 2013




mercredi 25 décembre 2013

MAUVAISES FRÉQUENTATIONS



























Plus bums que bohèmes avec
les mauvaises fréquentations
des souvenirs
prendre un verre le remplir
le vider de
tout soi de
tout ça

toute la nuit bue
les yeux bandés de neige
sonnant de clocher en clocher
aux portes du paradis
les mains refermées sur rien
les poings serrés sur la poitrine
avoir envie de crier au désert
l'âpreté des trottoirs.

Un verre de bruit cassé
dans le brouillard

dans la foulée de l'aube
le soleil traverse la route.


Denis Samson © 2013


vendredi 20 décembre 2013

LINGE DE COEUR





















Le périmètre de la nuit franchi

au nord du sommeil

le linge de coeur sorti froissé

des souvenirs

des parfums s'exhalent des tiroirs

d'une mémoire

partie pour se raconter des histoires

jusqu'à l'aube...



Denis Samson © 2013


mercredi 18 décembre 2013

LE TEMPS DES FÊTES




















La lumière du frigidaire
allume des souvenirs


tout doucement
je referme la porte


sans bière    ni soupir.



Jean Coulombe © 2013


jeudi 12 décembre 2013

PETIT MATIN























Les émois de tes rêves

rôdent tout autour.


Veux-tu un café?


Jean Coulombe © 2013


mardi 10 décembre 2013

UN MATIN COMME UN AUTRE




























Un matin comme un autre
je suis dans la cuisine
d'un ancien appartement

de la table où je suis assis
ma mère me tourne le dos
à l'évier
et lave
de la vaisselle déjà propre

je la regarde faire
je la regarde en train
de ne pas se voir faire

je suis content qu'elle soit là

je la regarde toujours
en train de ne pas voir
de ne pas faire

soudain
j'ai le mal de coeur
je crache ma mâchoire
qui rebondit en silence
dans l'assiette vide
devant moi

comme de raison
je crache ensuite
les mâchoires
de tous les animaux de la création

je me lève chaque fois
et viens les poser
une par une
à côté de ma mère
qui les lave lave lave
toutes
et les pose calmement
à sécher
sur le comptoir

elle ne dit rien
je lui réponds quand même
en riant tout seul
la bouche pleine

il faut dire par contre
qu'il fait beau
il faut bien dire de quoi

la lumière du jour
laisse une trace sur le plancher
comme si elle avait tenté de freiner
avant de rentrer dans le mur


Alain Larose 05/12/2013 ©


dimanche 24 novembre 2013

LE PAPILLON






















Je vais gueuler ma chanson

me verser du ciel à la poche

plein mes folles branchies.


Je vais trouver le revers des regrets

et le sublime caché des blessures.


Je vais avoir le rire

plus percutant que l'aube

bondée de soleils en partance.


Et l'arc-en-ciel de la nuit

se posera léger sur mon épaule

comme un papillon-mémoire.


Jean Coulombe © 2013


samedi 23 novembre 2013

SAISONS CLOSES





















L'assouplissant des jours sorti

du miroir aux médicaments

aux cuisines du manger mou

les pilules ont beau

changer de couleur

l'assemblée des interprètes

au théâtre des perfusions

se tient toujours sur le bord

de dormir

l'espace d'une nuit sans fin.


Totem de saisons closes

ombres taillées

au visage des heures.


Denis Samson © 2013


mercredi 20 novembre 2013

RIEN DE PERDU



























Porter son père
dans le regard

la couleur de son iris
tournée vers le couchant

le poids de son ombre
léger sous la grêle des ans

ne plus porter
que son sang
lancé au cosmos

rien de perdu

je crois.



Jean Coulombe © 2013


mardi 19 novembre 2013

ÊTRE LÀ






















Chercher son image
sur l'écran géant
et la trouver

se faire tata
tout content
comme un toto

se filmer au cellulaire
en train de se faire tata

téléphoner à un «ami»
pour lui dire
en direct

qu'on se fait tata
sur un écran géant

dans le stade immense
d'une équipe perdante

perdu dans le néant
des pixels voraces

tout ça passera
à l'histoire
la très petite

si le disque dur
ne saute pas

si une tempête solaire
n'efface pas

tout ce fatras.


Jean Coulombe © 2013



vendredi 15 novembre 2013

LA MÉMOIRE DONT VOUS ÊTES LE HÉROS

... à P. et M.
























Tu prends un coup
avec tes chums
tous les vendredis soirs

tu dis qu'en vieillissant les souvenirs
ça aide à oublier le reste
ça aide à passer le temps

il y a des souvenirs
tu voudrais les oublier
mais ces soirs-là
t'es même plus capable
de te souvenir lesquels

tu prends un coup de vieux
avec tes chums
tous les vendredis soirs

le lendemain tout le monde se lève
avant de se réveiller.


Denis Samson © 2013



lundi 11 novembre 2013

L'ENVOLÉE






















Trouver enfin un interstice

une clairière dans la cacophonie

un court instant en suspens

au-dessus du tumulte


échapper son âme

en chute libre

sans même y penser

certain d'incertitude


le vent dans la gorge

les bras comme des ailes

foncer vers son rêve!



Jean Coulombe © 2013


jeudi 7 novembre 2013

UNE MÊME LUMIÈRE






















Dérobé le ciel
à l'ourlet des nuages
la chair figure l'aube
la nuit devient le jour
dans un soupir

migration
dans le cercle quotidien des ombres

soleil qui craque
à la pointe du jour

soleil brûlant
la nudité des heures.

Consumés du sucre des étoiles
détournés des métaux sanguins
dans les veines du taureau solaire
nous sommes les ombres
d'une même lumière

l'usure de la terre
nous rassemble.


Denis Samson © 2013


mardi 5 novembre 2013

HARIKOT DE POLICE ( ready-made )














Police de Québec

le chef sort la hache

entrevue exclusive



Alain Larose (c) 2013


vendredi 1 novembre 2013

LAMARTINE







J'avais un trou dans le coeur
elle savait manier les explosifs

je l'entends l'écho de cette voix
qui m'était chère

je m'en crisse



Alain Larose © 2013



jeudi 31 octobre 2013

AUTOPSIE











En faisant l'autopsie de mes dérapes

j'y reconnais les blessures

les charges des illusions tenaces


celles qui irradient

celles qui cautérisent

celles qui affament

celles qui nourrissent


et toujours ce désir d'être aimé

même malgré l'amour

d'être chéri malgré l'absurde

le tout-à-l'écran phagocyte


Je tranche ce coeur froid

sans trace de palpitation

sans couleur ni vie


Je note bien les ombres

les passions coagulées

aux commissures des rêves

les traces

les impacts

les ecchymoses

les couleurs délavées

et les dérives célestes

sur les routes intimes

bourrées d'extases

à peine entamées

au seuil de l'éternité


Je me revoilà

servile dans ma moelle

campé dans mes cendres!



Jean Coulombe © 2013



mercredi 30 octobre 2013

TOUT A L'AIR


























C'est dimanche après-midi

le soleil vient de sortir

les gens

les rues

tout a l'air
si calme

il y a un tracteur
à vendre
devant la brassette
du capitaine


Alain Larose © 2013


jeudi 24 octobre 2013

FRAGILE AUTOMNE





Chacun a une passion
quelque part dans les veines

tout est en hémorragie 
à un moment ou à un autre

sans sentir forcément 
le besoin de le dire


Tu as la fragilité 
de ces grands oiseaux
qui strient le vent


tu as la couleur de leurs cris
dans l'aube incertaine


et tu vis à t'en mordre

et tu vis à t'en crever.


Jean Coulombe © 2013

Musique originale: Francis Héroux




mardi 15 octobre 2013

QUAND























On m'appelle
le réparateur de parapluies

je crie
on m'appelle

quand on a besoin

je suis en affaires
avec les nuages



Alain Larose © 2013


jeudi 3 octobre 2013

PARFOIS L'AUBE























Parfois l'aube glisse de ta main
chaude comme un chaton perdu
aboyant d'amour dans l'ombre.

Parfois l'aube glisse de ton épaule
vers le creux de nos chaleurs.

Parfois l'aube s'enroule à ton cou
éperdue d'enfance comme moi.

Oui, comme moi...



Jean Coulombe © 2013


mercredi 2 octobre 2013

RÊVES FOSSILES


























Rivage

où se sont échoués les feux

à l'audition des marées*

le vent soulève les regards


le port répandu

de passerelles en étages

à la crête des vagues

le bateau prend le large

jusqu'au bout de sa chaîne


plongée dans le noir

aux cieux étanches de l'oeil

l'étoile des pétroliers

guide ses marins

le coeur battant la méduse

jusqu'au réveil.



Denis Samson © 2013


* Image possiblement empruntée à Denis Samson

lundi 23 septembre 2013

FROIDURES


























Les brises ont tricoté mon Karma
serré        serré
ma lune froide hurle avec les coyotes.

Je pousse au feu mes souvenirs gonflables
mes journaux intimes et mes poèmes passés date
je pousse au feu ma vie d'avant le feu.

Et je bois le silence tout fragile
des constellations striées de satellites
je regarde passer les nuées cyclopes

entouré de froidures cassantes
comme des vérités muettes.


Jean Coulombe © 2013



lundi 16 septembre 2013

DANS L'OUBLI





















Fenêtres aveugles maison
où le vent s'engouffre

salon de pluie chambres
où la neige dort

nuages sur papier peint
à ciel ouvert
maison qui s'écroule
sur le bord d'une route
oubliée
entre deux villages
où l'avenir
ne se rend pas

nuages qui s'évanouissent
sous la pluie.


Denis Samson © 2013


jeudi 12 septembre 2013

SHOUKRANE شكرا




























La gardienne de mon petit-fils
porte le hijab

La gardienne de mon petit-fils
me sourit

je lui souris

je lui dis «salam»

je lui dis «shoukrane»

elle me répond
«shoukrane à vous»

et mon petit-fils
me tend les bras
en riant aux éclats


Jean Coulombe © 2013


dimanche 8 septembre 2013

DU TRAIN



























Le train passe dans mes rêves
comme il passe dans les rêves
des autres

le train fait du train
à n'importe quelle heure

ciel lapidé d'étoiles*
ronflements d'une ville qui dort
libérée du jour
le train passe dans les rêves
de Saint-Henri.

* Image possiblement empruntée à... Lorca? ... Neruda?


Montréal, 17 août 2013, chez Yvon.


Denis Samson © 2013


mardi 3 septembre 2013

PASSE LA PARADE...






















Quand tout va et que rien ne passe

Quand les amis en prennent plein la gueule
à des océans de distance

Quand tout passe et que rien ne va

Quand les mers se rétrécissent
en petites flaques d'eau sale

Quand, au lieu de se faire du mauvais sang
les «gros bras» lancent du sang de cochon
sur les mosquées, les synagogues ou les cathédrales

Quand la grisaille grisaille et que la parade hurle...

Allume-moi ton soleil!

Mon amour!


Jean Coulombe © 2013


vendredi 23 août 2013

UN HARIKOT SUR MARS

Pour Willie Lamothe...


















Un poème sur Mars

si c'est comme sur la Terre

on va faire ça gratis


Alain Larose (c) 2013


mardi 20 août 2013

TA BRAISE

















Je me tatouerai
un chemin
vers ton coeur

sans tracas
sans douleur

pour le simple plaisir
de suivre un rayon
de lune rousse

sous une pluie boréale
j'attendrai ton feu

ta braise...


Jean Coulombe (c) 2013


mercredi 14 août 2013

À LÉVIS



















Au tableau noir ayant quitté l'école
avant l'heure
les boissons mal orthographiées
promettent un avenir joyeux
aux trois clients du matin

à Lévis
le brouillard se lève
près de la gare fantôme
dans ses limbes en dentelle.

J'attends le train de nulle part
le retour
de personne.


Denis Samson (c) 2013


mardi 6 août 2013

BUSINESS AS USUAL





















Le pôle Nord est un lac

les plus beaux nuages
ont un parfum
de fin du monde

nous nous donnons
bien malgré nous
aux pixels voraces

et la terre tourne...


Jean Coulombe (c) 2013


dimanche 4 août 2013

COMA

... chambre 207






















Arrêtez de vous demander

si j'entends ce que vous dites,

demandez-vous plutôt

si vous entendez

ce que vous dites!


Denis Samson (c) 2013



jeudi 1 août 2013

SOIRÉE DES DAMES




















Dans le bleu de l'été
le blues joue des tours
aux cow-girls

même aux plus fortes



Jean Coulombe © 2013


mardi 30 juillet 2013

LETTRE À UN JEUNE POÈTE






















Apprends
l'argent

pour l'amour
du Christ


Alain Larose (c) 2013


jeudi 25 juillet 2013

LUNE FAUVE





















Sorti du corps de la ville animale
la lumière seule détient
l'itinéraire des ombres

la terre a noué
la forêt taillée en lune fauve
aux brumes du couchant

en feu d'oiseau
un coup de brandy dans l'aile
raides étoilés plus tard
sortis du corps
de la ville animale
les chasseurs se terrent
où ils peuvent.


Denis Samson © 2013


dimanche 21 juillet 2013

OFFRANDE






















Ta date de naissance
toute nue dans la nuit
comme une offrande

cette fleur noire granit

concourt au solstice
sans compromis
ni fuite plastique

concourt à la lumière
au-delà du regard
des ombres.


Jean Coulombe (c) 2013


samedi 13 juillet 2013

L'AUTRE PAYS



























Écrire
l'odeur de mon père après rasage
sous celle des remèdes
l'after shave des souvenirs

l'autre pays
mémoire en résidence
géographie des silences
paroles qui reviennent d'exil.


Denis Samson (c) 2013


mercredi 3 juillet 2013

lundi 1 juillet 2013

CHANGEUR DE RAILS


























Les soirs d'orage
où il revenait
à la maison
les soirs où il revenait
de la station

quand il revenait

les soirs d'orage
avec ses yeux jaunes
de wagon-bar

il ordonnait
à son fils
et à sa femme
de se trouver une botte de rubber
à serrer dans leurs bras
et de se tasser dans un coin

en attendant que ça passe

il sortait alors
et remontait dans son truck
seul

en attendant que ça passe

le nez du truck
vers la track
en regardant la track
les lumières éteintes

des années plus tard
ses petits-enfants venaient
manger des bonbons
sur les genoux de
grand-papa tchou-tchou

Il ne savait plus
que donner des bonbons

il ne savait plus que dire
tchou-tchou
dans la chaise berçante
à la fenêtre
pas loin de la track

je le sais
parce que son fils
me l'a raconté

les bras croisés
sur sa poitrine

comme pour serrer
encore
sur son coeur
une botte de rubber

en attendant que ça passe



Alain Larose (c) 2013


samedi 29 juin 2013

MON ONCLE DES ÉTATS




















Les américains
nous dronent
nous facebookent

Les américains sont finis!

Nous autres itou!


Jean Coulombe (c) 2013


mardi 18 juin 2013

JAMAIS LE FEU...

À Marianne...


















On t'enverra
de la poésie
cordée à l'aube

en container
tissée serrée

des mots capables
d'émotion débâcle

de la verve
explosive
et démesurée

comme le chant des astres
lorsqu'on les écoute vraiment

nous y serons
plus forts que nous

tout un chacun
soleils vivants


Jean Coulombe (c) 2013


mercredi 12 juin 2013

AI-JE PERDU MON OMBRE?

















Le meilleur du pire
sillonne l'enfance
à bicyclette

la pluie chuchote
ses prières sèches


où va le vent?


l'arc-en-ciel strie
la forêt sacrée


où s'arrête mon souffle?


et la roue tourne...


Jean Coulombe (c) 2013


samedi 8 juin 2013

RUE DU PASSÉ

À Roger...






Souvenirs recherchés
morts ou vifs

ta mémoire déménage

à la porte du passé
la rue a changé de nom

avec un coeur fantôme
là où ça fait mal
tes mots font l'école buissonnière...


Denis Samson (c) 2013


mercredi 5 juin 2013

DANS LA BOÎTE DU TRUCK






















Couchés dans la boîte du truck
à nous refaire le plein d'étoiles
certaines filent plus que d'autres

comme des chiens sans attache
gavés de silence et d'éternité
nous sentons fleurir la terre
nos chairs en frissonnent

couchés dans la boîte du truck
heureux sans nous le dire
ni même oser le penser

nous chantonnons
notre petite musique
celle qui nous porte
jusqu'au jour.


Jean Coulombe © 2013


samedi 1 juin 2013

REGARD







Bande défilante dans le ciel
vive à l'arraché du feu
mots que consume le poème

traces d'avions effilochées
haut dans les heures
comme la queue d'un regard



Denis Samson (c) 2013


dimanche 26 mai 2013

FAIRE NOIR





















Forêt d'ombres
le temps cerné sous l'écorce
puis
sans l'ombre d'un mouvement
l'obscurité.


Denis Samson (c) 2013


jeudi 23 mai 2013

SON REGARD BLEU












Son regard bleu sur toi
t'imprimait
de faux passeports

de ceux que l'on retrouve
dans les poches d'un noyé


Alain Larose © 2013





dimanche 19 mai 2013

VOIR LE JOUR



























La guitare
fait ses riffs au salon
la nuit s'achève le jour
voit le jour
dans un miroir
un visage

paroles qui reviennent d'écriture
faire la part des heures
prélevées aux horloges
remettre les pendules à l'aube.


Denis Samson (c) 2013


mercredi 15 mai 2013

SIGMUND



















Le chat aveugle mange du poème
seul parmi les têtes grises

une pluie rouge
assomme net
les bons sentiments

Barack est Barack
Karl est Karl

le salut du monde attendra

les mots fleuris calqués sur l'aube
atteindront finalement leur cible
la fatigue du métal fait son oeuvre

Sigmund et fatras
éclipsés des synapses

je me pullule
je me cogite
je me subodore
je me gamberge

entre les neurones
les orteils dans le rêve
sous les plongeons

peu savent
encore moins
compatissent

l'empathie poétique
a mauvaise presse
n'est-ce pas Bernard?

seuls mes frères savent
longue distance tendresse

on a un feu immense
pour défier la mort

et nos fées dansent...


Jean Coulombe © 2013


dimanche 5 mai 2013

KOUNA

















En dérape avec le Keith
largué en poésie napalm

dommages collatéraux

son bloc de granit
sur l'accélérateur
tout pivote serré

dans l'oeil de l'ouragan
les décibels explosent
et le ciel se déploie

tout est rauque
tout s'éclipse

ma peau rayonne
comme une lune d'or
oubliée près du coeur

un matin de peine


Jean Coulombe © 2013


lundi 29 avril 2013

CHARLIE HORSE































Toute
la ville est grise
tu dois bien le croire
tu dois croire aussi
que le vent
a craché
dans la musique à bouche
d'un homme mort

la nuit est jeune
ça a passé vite
il n'y a pas à dire
et la mémoire

quand ça déménage
ça déménage
dans un 1 1/2
avec un balcon privé
sur les enfances


Alain Larose © 2013



vendredi 26 avril 2013

CASSURES







Vidéo-poème de Jean Coulombe

Tous droits réservés © 2013



vendredi 19 avril 2013

LES CHATS DE LA BASSE-VILLE






















Les chats de la basse-ville
ont l'esprit furtif et le pas alerte
l'écureuil dans la mire
et la griffe tenace

les chats de la basse-ville
ont le poil revêche
la tendresse écumante

ils meurent souvent
discrètement étendus
entre un bazou et le trottoir

les chats de la basse-ville
ont une âme plus grande
que leur ombre.


Jean Coulombe © 2013


mardi 16 avril 2013

SUR LE COEUR

à É., A. (et al.)...



























Avoir envie de hurler faire du thé
allumer la télé
fermer la télé retourner se coucher
sur le coeur
les yeux dans l'oreiller

l'aube s'est trompée de fenêtre

tu t'endors tout le temps
mais tu dors jamais

dans la pharmacie les médicaments
sont rangés par ordre
d'effets secondaires

tu sors la tête de l'eau respires
tant que tu peux puis tu replonges

pour les autres t'as jamais l'air
de quelqu'un qui se noie

t'as appris jeune
à pas te plaindre
jamais...

t'a appris ça ça fait longtemps.


Denis Samson (c) 2013


jeudi 11 avril 2013

L'ABOMINABLE HOMME DES LETTRES

à J.-C.



Coucher de soleil 
dans la baie de La Baie
confettis de poésie
tempête de mots

une traverse d'orignaux originaux
une belle saison de chasse 
pour les Carnivores végétariens
dans le Parc des Laurentides

en route pour Québec
ses moussons post-punks
s'époumoner tous
à poétiser sans fin

J.-C. mord ce diamant
qu'on nous a amputé
enterré au cimetière
des anges...
sous le pommier

incandescence livrée
aux ombres rebelles
tournant à chaud
comme une langue de feu
inextinguible

J.-C. à petits pas
au-dessus de la ville vorace
et sans pitié

J.-C. forever
une main sur 
le coeur

pour la route!


Jean Coulombe (c) 2013


samedi 6 avril 2013

MER PORTEUSE





















Loin dans la mer la mer
enfante ses navires

où mouille l'horizon la poussière
accumulée des crépuscules de velours
devient rivage
qu'illumine
un ciel de vastes accessoires

mer porteuse ciel nourricier
navires arrachés aux baisers de la mer
épaves qu'épouse l'écho du passé.


Denis Samson (c) 2013


lundi 1 avril 2013

L'AUTRE PAYS











Vidéo-poème de Jean Coulombe
Musique originale de François Carrier

CLS Poésie © 2013


vendredi 29 mars 2013

ADRESSE INCONNUE





















Prière de ne pas
faire suivre

je suis parti
à la campagne
élever des poètes
pour la viande

je m'endors avec
dans l'oreille
le rythme de mon sang
confondu
aux pas d'un homme
dans la neige


Alain Larose (c) 2013