lundi 29 avril 2013

CHARLIE HORSE































Toute
la ville est grise
tu dois bien le croire
tu dois croire aussi
que le vent
a craché
dans la musique à bouche
d'un homme mort

la nuit est jeune
ça a passé vite
il n'y a pas à dire
et la mémoire

quand ça déménage
ça déménage
dans un 1 1/2
avec un balcon privé
sur les enfances


Alain Larose © 2013



vendredi 26 avril 2013

CASSURES







Vidéo-poème de Jean Coulombe
Tous droits réservés © 2013



vendredi 19 avril 2013

LES CHATS DE LA BASSE-VILLE






















Les chats de la basse-ville
ont l'esprit furtif et le pas alerte
l'écureuil dans la mire
et la griffe tenace

les chats de la basse-ville
ont le poil revêche
la tendresse écumante

ils meurent souvent
discrètement étendus
entre un bazou et le trottoir

les chats de la basse-ville
ont une âme plus grande
que leur ombre.


Jean Coulombe © 2013


mardi 16 avril 2013

SUR LE COEUR

à É., A. (et al.)...



























Avoir envie de hurler faire du thé
allumer la télé
fermer la télé retourner se coucher
sur le coeur
les yeux dans l'oreiller

l'aube s'est trompée de fenêtre

tu t'endors tout le temps
mais tu dors jamais

dans la pharmacie les médicaments
sont rangés par ordre
d'effets secondaires

tu sors la tête de l'eau respires
tant que tu peux puis tu replonges

pour les autres t'as jamais l'air
de quelqu'un qui se noie

t'as appris jeune
à pas te plaindre
jamais...

t'a appris ça ça fait longtemps.


Denis Samson (c) 2013


jeudi 11 avril 2013

L'ABOMINABLE HOMME DES LETTRES

à J.-C.



Coucher de soleil 
dans la baie de La Baie
confettis de poésie
tempête de mots

une traverse d'orignaux originaux
une belle saison de chasse 
pour les Carnivores végétariens
dans le Parc des Laurentides

en route pour Québec
ses moussons post-punks
s'époumoner tous
à poétiser sans fin

J.-C. mord ce diamant
qu'on nous a amputé
enterré au cimetière
des anges...
sous le pommier

incandescence livrée
aux ombres rebelles
tournant à chaud
comme une langue de feu
inextinguible

J.-C. à petits pas
au-dessus de la ville vorace
et sans pitié

J.-C. forever
une main sur 
le coeur

pour la route!


Jean Coulombe (c) 2013


samedi 6 avril 2013

MER PORTEUSE





















Loin dans la mer la mer
enfante ses navires

où mouille l'horizon la poussière
accumulée des crépuscules de velours
devient rivage
qu'illumine
un ciel de vastes accessoires

mer porteuse ciel nourricier
navires arrachés aux baisers de la mer
épaves qu'épouse l'écho du passé.


Denis Samson (c) 2013


lundi 1 avril 2013

L'AUTRE PAYS (vidéo)











Vidéo-poème de Jean Coulombe
Musique originale de François Carrier

CLS Poésie (c) 2013