jeudi 26 décembre 2013

LES VENTS CONTRAIRES

















La journée est rude

les glaces éclatent


nous sentons bien

l'ingénierie de vivre

près des cimes


un paysage s'avance

souple comme la neige

libérée aux vents contraires.



Jean Coulombe © 2013




mercredi 25 décembre 2013

MAUVAISES FRÉQUENTATIONS



























Plus bums que bohèmes avec
les mauvaises fréquentations
des souvenirs
prendre un verre le remplir
le vider de
tout soi de
tout ça

toute la nuit bue
les yeux bandés de neige
sonnant de clocher en clocher
aux portes du paradis
les mains refermées sur rien
les poings serrés sur la poitrine
avoir envie de crier au désert
l'âpreté des trottoirs.

Un verre de bruit cassé
dans le brouillard

dans la foulée de l'aube
le soleil traverse la route.


Denis Samson © 2013


vendredi 20 décembre 2013

LINGE DE COEUR





















Le périmètre de la nuit franchi

au nord du sommeil

le linge de coeur sorti froissé

des souvenirs

des parfums s'exhalent des tiroirs

d'une mémoire

partie pour se raconter des histoires

jusqu'à l'aube...



Denis Samson © 2013


mercredi 18 décembre 2013

LE TEMPS DES FÊTES




















La lumière du frigidaire

allume des souvenirs


tout doucement

je referme la porte


sans bière    ni soupir.



Jean Coulombe © 2013


jeudi 12 décembre 2013

PETIT MATIN























Les émois de tes rêves

rôdent tout autour.


Veux-tu un café?


Jean Coulombe © 2013


mardi 10 décembre 2013

UN MATIN COMME UN AUTRE




























Un matin comme un autre
je suis dans la cuisine
d'un ancien appartement

de la table où je suis assis
ma mère me tourne le dos
à l'évier
et lave
de la vaisselle déjà propre

je la regarde faire
je la regarde en train
de ne pas se voir faire

je suis content qu'elle soit là

je la regarde toujours
en train de ne pas voir
de ne pas faire

soudain
j'ai le mal de coeur
je crache ma mâchoire
qui rebondit en silence
dans l'assiette vide
devant moi

comme de raison
je crache ensuite
les mâchoires
de tous les animaux de la création

je me lève chaque fois
et viens les poser
une par une
à côté de ma mère
qui les lave lave lave
toutes
et les pose calmement
à sécher
sur le comptoir

elle ne dit rien
je lui réponds quand même
en riant tout seul
la bouche pleine

il faut dire par contre
qu'il fait beau
il faut bien dire de quoi

la lumière du jour
laisse une trace sur le plancher
comme si elle avait tenté de freiner
avant de rentrer dans le mur


Alain Larose 05/12/2013 ©


jeudi 5 décembre 2013

PAYS NATAL





















Cette ville m'assomme

avec son petit maire

sa petite grandeur

ses petites misères

et ses rats des ondes


cette ville me blesse

j'y mourrai sans doute

perclus d'arthrose sociale

ballotté en trottoirs glauques

en conversations creuses


cette ville me tue

tant de turpitudes

érigées en monuments

tant de m'as-tu-vus

sur fond de pays inexistant.


J'aime cette ville!



Jean Coulombe (c) 2013